Débats-rencontres

 

"Occupations temporaires et autogestion d’espaces culturels"


samedi, 21 avril 2007

dans l’espace LX5 Homebase (Hollerich)

avec
vernissage : "AKA 47" de Xavier Mary
et concert Ortigas (fem. punk-rock)

L’occupation éphémère peut être le moteur d’un projet culturel et de ses ambitions socio-politiques. Ainsi, une association qui se crée à cette fin met au service ses compétences d’intégration de domaines différents (architecture, arts plastiques, dimension sociale,…) et devient le porteur d’un projet qui favorise les échanges dynamiques et les collaborations entre ces différents acteurs. Le défis d’une telle démarche est de garder une indépendance suffisante, et d’assurer une autogestion de l’espace occupé afin de pérenniser un modèle participatif accueillant des expressions artistiques et culturelles différentes. L’utilisation temporaire d’espace inoccupés soulève aussi bien des questions communautaires culturelles et liées au bénévolat que des questionnements par rapport à la politique immobilière et au pouvoir public.

(c) John Fekner : 'Broken Promises'
© John Fekner : ’Broken Promises’

Interventions :

City Mine(d)
est une organisation établie en 1997 dont l’objectif est de soutenir, initier ou encourager des projets créatifs de nature socio-culturelle dans l’espace public. Leur projet PRECARE vise à permettre à des initiatives « informelles » d’utiliser des espaces de travail dans des bâtiments temporairement inoccupés. A travers cette mise à disposition notre souci premier est de préserver et d’encourager la dimension expérimentale de la Ville. Pour cela, PRECARE adopte un rôle de facilitateur voir d’intermédiaire et tente de fournir des outils et recettes pour aider à cet usage temporaire. Le projet PRECARE est né d’une succession d’expériences pratiques isolées puis d’une systématisation de celles-ci. Après un temps, nous avons éprouvé l’envie de synthétiser les différents acquis (pratiques et théoriques) afin de les transmettre et qu’ils puissent être réappropriables par différents groupes.
www.citymined.org et www.precare.org

Le cinéma Nova
est une salle de cinéma ouverte à la fin de janvier 1997 en plein centre de Bruxelles, et dont la programmation est dédiée aux films et vidéos de productions indépendantes. Le Nova n’est donc pas un écran commercial, c’est une association sans but lucratif gérée par un collectif d’individus travaillant de manière bénévole. En dix ans d’existence, le Nova est sans doute devenu le point de référence, en Belgique, des approches alternatives, non conventionnelles ou simplement différentes dans le domaine audiovisuel, sa notoriété ayant dépassé les frontières du pays. … Et parce que son intérêt s’est toujours focalisé sur les différents ateliers ou alternatives en matière de production dans le monde, le Nova a commencé à mettre en place sa propre structure de production.
www.nova-cinema.org

L’écurie
qui expose dans la LX5 homebase du 7 au 28 avril 2007, est un collectif d’artistes bruxellois qui organise depuis six ans des évènements artistiques. Bien que l’exposition reste la principale activité du collectif composé principalement de plasticiens, L’écurie organise aussi des concerts, des performances, des pièces de théâtre et d’autres expériences artistiques non conventionnelles. L’écurie cherche avant tout à construire un système de diffusion du travail artistique non officiel et adapté aux besoins des artistes. Elle cherche à s’impliquer à tout les stades de la conception artistique, en développant des projets d’occupation d’espace rendant l’utilisation d’ateliers possibles à des prix démocratiques et cherche aussi des espaces ou la diffusion des projets artistiques est possible. Lieu d’occupation burxellois de L’écurie : Ancienne écurie, Anderlecht 2001-2004 ; Ancienne Maison Communale de Jette, 2005-2006 ; Ancien bâtiment de la RTT (Belgacom), Laeken 2007- ? .
www.lecurie.org

La Schläifmillen
est une initiative de mise en commun d’ateliers dans les anciens locaux d’une fabrique de textiles près de Luxembourgv-ville (à confirmer)

La modération sera assurée par Raphaël Pirenne, historien de l’art et co-fondateur de la revue d’art « SIC »
www.sicsic.be

Portfolio

(c) John Fekner : 'Broken Promises'